Les Namurois ont exprimé leur volonté de changement, MR, CDH et Défi choisissent une coalition « sauve qui peut »

Alors que les Namurois avaient clairement marqué leur défiance vis-à-vis de la majorité sortante , MR et CDH ont finalement trouvé en Défi ont trouvé le supplétif qui leur manquait pour mettre en œuvre un préaccord électoral conclu … il y a 6 ans. Face à cette coalition sauve qui peut, le groupe Ecolo mènera une opposition ferme mais constructive pour relayer l’appel au changement que les électeurs avaient lancé.

Le 14 octobre, les électeurs ont envoyé un message clair en renforçant significativement Ecolo aux quatre coins de la province (+ 11 000 voix, + 3,22 % et passage de 4 à 8 sièges) et en désavouant les deux partis aux manettes de la province depuis 2012 (-4,41 % et -10 000 voix pour le MR, -3,34 % et- 8000 voix pour le CDH).

« Ecolo souhaitait des engagements fermes dans plusieurs domaines : fin des dépenses de prestige et d’auto-promotion, abandon du projet de Maison Administrative à Salzinnes, mobilisation en faveur de la transition écologique, renforcement de la supra-communalité, etc. Dès le lendemain de ces élections, il est apparu que le MR ne souhaitait pas s’engager dans ce programme de réforme et que le CDH préférait ne pas quitter la roue de son allié. Aujourd’hui, nous sommes déçus pour les Namurois qui avaient appelé à ces changements » regrette Georges Balon Perin, chef de groupe Ecolo.

« Les candidats Ecolo avaient pris des engagements clairs vis-à-vis des électeurs. Les 5 conseillères et 3 conseillers élus comptent bien rester cohérents et poursuivre leur travail en ce sens durant la prochaine législature » conclut France Masai, cheffe de groupe adjointe.