Réunis en Assemblée générale ce dimanche matin, les militants Ecolo de la province de Namur ont désigné leurs têtes de liste et candidats stratégiques pour les élections régionales et fédérales du 26 mai 2019. Après leur belle réussite lors des élections communales, les Verts veulent renforcer leur représentation dans les Parlements et orienter davantage la politique de l’État fédéral, de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec comme priorité le climat, le renforcement de la démocratie et la justice sociale !

Ils iront en campagne avec des candidats engagés, à la fois expérimentés et nouveaux, mais toutes et tous porteurs de valeurs, de convictions et de compétences pour exercer une fonction parlementaire.

Au niveau des élections régionales pour l’arrondissement de Dinant-Philippeville, c’est la toute nouvelle cheffe de groupe provinciale, France Masai (37 ans), qui tirera la liste verte. Ancienne responsable pédagogique de la Fédération Nationale des Patros, la Cinacienne a animé la campagne communale et provinciale avec efficacité et succès, dès lors que, pour la première fois, trois écologistes du Sud siègent au Conseil provincial, où elle s’est déjà fait remarquer par ses interventions percutantes. France Masai aura également la tâche de coordonner la campagne électorale d’Ecolo pour le 26 mai. Elle constitue indéniablement un espoir de l’écologie politique namuroise !

« Je suis active depuis longtemps dans le secteur associatif et puis maintenant depuis quelques années au sein d’Ecolo. Les élections d’octobre étaient ma première expérience électorale, conclue avec de très bons résultats. Aujourd’hui, je suis prête à poser un pas supplémentaire, comme candidate parlementaire wallonne. Il y a des tas de choses à faire pour construire une agriculture et une alimentation de qualité, un meilleur accès à l’enseignement ou la mobilité en milieu rural. Je compte bien m’y investir sans compter ! »

Pour l’arrondissement de Namur, c’est fort naturellement le chef de groupe des écologistes au Parlement de Wallonie, Stéphane Hazée (43 ans), que l’Assemblée générale a retenu pour tirer la liste. Stéphane est reconnu comme un des députés wallons les plus actifs au sein du Parlement, particulièrement sur le scandale Publifin et son suivi, mais plus globalement comme porte-parole de l’opposition écologiste face aux deux Gouvernements qui se sont succédés. Force de travail certaine, appréciée ou redoutée, Stéphane porte haut les couleurs de l’écologie politique !

« Sans Ecolo, la Wallonie a trop souvent fait du surplace et même reculé sur une série d’enjeux essentiels pour l’avenir de la planète comme de notre Région. Nous voulons demain une Wallonie irréprochable sur sa gouvernance, visionnaire et volontaire sur les actes concrets à poser pour capter les emplois du futur et rencontrer les enjeux de l’écologie et de la solidarité. Je me réjouis de la percée réalisée suite aux élections du 14 octobre 2018, car elle va nous permettre d’agir pour une Wallonie + verte et + juste via nos communes. A nous de concrétiser l’espoir que les citoyens ont généré avec cette vague verte, pour en faire de même en Région et en Fédération Wallonie-Bruxelles ! ».

Enfin, pour l’élection fédérale, notre assemblée a tout aussi logiquement désigné Georges Gilkinet (48 ans), actuel chef du groupe Ecolo-Groen à la Chambre, pour conduire la liste. Député hyperactif, spécialiste reconnu des affaires sociales et des questions financières, Georges s’est notamment distingué au cours de cette législature dans le cadre de la Commission Kazakhgate. Il est aujourd’hui une des voix écoutée et respectée tant au sein de l’assemblée fédérale que comme porte-parole d’Ecolo.

« Avec Groen, Ecolo a le potentiel pour jouer un rôle majeur au sein du Parlement fédéral dans le courant de la prochaine législature et l’ambition de devenir le premier groupe à la Chambre. Nous formons le seul groupe bilingue au sein de l’assemblée et c’est une force dans une Belgique de plus en plus polarisée. Je me réjouis de travailler après le 26 mai avec nos futurs nouveaux élus, francophones et flamands, pour des politiques plus justes et volontaires en matière de climat, de démocratie et d’égalité. Nous sommes l’antidote à ceux qui veulent la fin de la Belgique ou de la sécurité sociale et qui tardent à agir sur les questions climatiques ! », explique Georges Gilkinet.

L’Assemblée générale des écologistes namurois a également désigné les candidats stratégiques des trois listes :

Liste régionale pour l’arrondissement de Dinant-Philippeville

2ème effectif : Raphaël Frédérick (40 ans)

Yvoir – Enseignant et Chercheur en sciences pharmaceutiques

Conseiller communal d’Yvoir depuis les élections de 2018

1er suppléant : Claudy Lottin (60 ans)

Florennes – Indépendant

Conseiller communal de Florennes depuis 2012, Premier Echevin en charge des finances, de l’énergie, de la culture et du commerce entre 2012 et 2018

Liste régionale pour l’arrondissement de Namur

2ème effective : Valérie Delporte (50 ans)

Sombreffe – Employée

Conseillère communale de Sombreffe depuis 2012, Présidente de CPAS et Echevine du Logement et des Aînés entre 2013 et 2018

1ère suppléante : Bénédicte Rochet (42 ans)

Mettet – Chargée de cours

Conseillère communale et provinciale depuis les élections de 2018

2ème suppléant : Jean-Luc Revelard (59 ans)

Sambreville – Employé dans le secteur bancaire

Conseiller communal de Sambreville depuis 2005, militant syndical

Liste fédérale

2ème effective : Isabelle Gengler (50 ans)

Namur – Enseignante dans une école secondaire de Namur

Conseillère provinciale depuis les élections de 2018

1ère suppléante : Cécile Cornet (40 ans)

Andenne – Chargée d’étude et de formation dans un syndicat

Conseillère communale d’Andenne entre 2010 et 2015

2ème suppléant : François Bouchat (43 ans)

Ciney – Conseiller/coordinateur en environnement

Conseiller communal de Ciney depuis 2012

 

Share This